/carnet

Décompte

Cet article est une forme de bilan de mon expérience de plusieurs années passées à l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation au service des professionnels du livre : en partant de chiffres choisis arbitrairement et interprétés à ma façon, je tente de rendre compte de la diversité des missions que j’ai assurées – en lien avec le numérique, le web, les systèmes d’information, l’édition, la numérisation, le patrimoine écrit, le livre numérique, les bibliothèques, etc. Une expérience riche que l’on peut résumer par chef de projet numérique.

2 102 223 fichiers de presse ancienne numérisée

Dessin de journaux

C’est un chiffre qui donne un peu le vertige, en réalité il s’agit plutôt de 900 000 pages de presse ancienne – des journaux des 19e et 20e siècles. Lors des opérations de numérisation ou de retraitement – prise de vue, océrisation ou reconnaissance optique des caractères, structuration des contenus, génération des différents formats, etc. – plusieurs formats sont obtenus en fonction des usages prévus : TIFF, JPG, XML ALTO, PDF, etc.

Depuis 2012 près de 400 000 pages de presse ancienne sont consultables sur Mémoire et actualité en Rhône-Alpes, et interrogeables en texte intégral.

Ce projet de numérisation, de retraitement des fichiers puis de mise en ligne m’a permis d’imaginer, avec l’équipe de l’Arald et des bibliothèques et des services d’archives, une stratégie autour de ces nombreux contenus (plus de 100 000 fascicules de journaux !) : signalement, puis accès aux documents numérisés, et enfin valorisation (journal du jour, dossiers thématiques, et d’autres chantiers en cours).

À travers la conception de la dernière version du portail Mémoire et actualité en Rhône-Alpes (2012) – mais également la version de 2009 –, c’est aussi ma première expérience d’UX design à une époque où je ne savais même pas que ce terme existait (2010-2011), en lien avec une équipe technique et un graphiste. J’ai eu l’occasion de lancer un projet autour de l’accessibilité de la presse ancienne (choix des formats et standards, accessibilité du portail et des outils de recherche et de visualisation, démarche globale), je lui souhaite une belle réussite !

52 462 messages échangés

Dessin d'enveloppes représentant des messages électroniques ou mails

Il s’agit bien de vrais messages (sans les spams, les listes de diffusion, les notifications, et hors messageries semi-pro ou personnelles). Pendant plusieurs années j’ai réussi à tenir l’objectif du inbox 0 – chaque message doit être traité puis classé ou archivé, avec comme objectif de s’approcher de zéro message en courrier entrant.

Mon principal outil de travail est le mail. Je pense qu’il va falloir que mes/nos usages évoluent, mais le courrier électronique reste le protocole technique et humain le plus répandu pour communiquer, désormais plus encore que le téléphone. Outil de communication, gestion des tâches, outil d’évaluation, archive, etc., le mail est incontournable et peut se révéler très puissant quand on s’organise en conséquence – classement, inbox 0, etc.

2 000 personnes rencontrées

Schéma dessiné représentant des connexions entre des personnes

Il est impossible de résumer en quelques mots ou en schéma la richesse des rencontres pendant mes années à l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation : bibliothécaires, éditeurs, archivistes, entrepreneurs, hackteurs du numérique, auteurs, graphistes, institutionnels, développeurs, bénévoles, informaticiens, libraires, designers, médiateurs, chefs de projets, etc. Autant de profils et d’énergie que j’ai rencontrés, écoutés, qui m’ont porté et parfois percuté. Mon intérêt pour l’animation de communautés est inversement proportionnel à sa facilité de mise en œuvre – mais quel plaisir lorsque les connexions s’établissent !

J’ai accompagné plusieurs dizaines de projets : de la simple consultation de deux heures à du suivi de projets pendant plusieurs mois ou années, en passant par la mise en relation et l’organisation d’événements.

Si vous lisez ces lignes et que vous faites partie de ces quelques 2 000 personnes (en réalité 200 contacts réguliers) : j’ai beaucoup appris de vous, j’espère pouvoir continuer à partager comme vous l’avez fait avec moi.

Des acteurs du livre, je retiens leur capacité à se fédérer – parfois un peu maladroitement –, leur puissance de travail, leur écoute (une grande majorité mais pas tous, peut-être comme dans tous les milieux), leur enthousiasme, leur persévérance, leur passion.

206 issues pour le développement du site de l’Arald

Schéma représentant une interface web

Pendant près d’un an j’ai travaillé avec l’équipe de l’Arald et le studio Rezo Zero sur la conception du nouveau site web de l’Arald. L’ancien site web avait près de 10 ans, il était temps de proposer un véritable outil pour les professionnels du livre : accès aux ressources, agenda des événements en lien avec le livre, veille et actualités, bases de données, etc.

La collaboration avec Rezo Zero a été passionnante sur plusieurs plans : design, ergonomie, développements techniques, stratégie éditoriale, etc. Le site web de l’Arald a été le premier essai à grande échelle du CMS Roadiz développé par Rezo Zero, et donc l’occasion de faire évoluer cet outil – très puissant, modulaire, stable et simple d’utilisation – avec les nombreuses demandes de l’équipe de l’Arald.

128 veilles numériques envoyées

Schéma représentant une lettre d'information avec ses différentes sources d'information

Mes pratiques de veille professionnelle se sont formalisées à partir de 2010, d’abord autour des bibliothèques et du numérique, puis assez vite sur la thématique plus globale du numérique dans le domaine du livre. Livre numérique, web, réseaux sociaux, numérisation, vente en ligne, bibliothèques numériques, économie numérique, usages, etc.

Cette pratique de veille m’a fait comprendre qu’une légitimité se construit en recueillant les informations et en les échangeant. Ce double mouvement est nécessaire pour comprendre un écosystème et lui donner un recul nécessaire.

J’explique souvent qu’à l’Arald je ne fais pas de veille, mais une méta veille : je m’appuie sur le travail d’autres veilleurs, ce qui me permet d’avoir un spectre relativement large. Je trie et je lis plus de 110 flux, chaque jour, sans compter les autres sources : réseaux sociaux, lettres d’information, publications papier et numériques, et bouche à oreille. 5 723, c’est le nombre d’articles, de pages, de rapports, d’études, de réflexions, de billets de blogs, de journées professionnelles, d’actualités enregistrées entre 2011 et 2016 dans le groupe Diigo Numérique dans le domaine du livre.

Depuis avril 2015 j’ai initié une veille plus personnelle, quotidienne, en parallèle de mon activité à l’Arald, et orientée web, elle est visible ici : www.quaternum.net/flux.

12 chambres à air réparées ou remplacées

J’aurais pu écrire 9 280 kilomètres. C’est ce que j’ai parcouru en vélo pendant huit années, rien que sur le trajet domicile-travail aller-retour. La pluie, le vent, la neige, la chaleur, rien ne m’a arrêté, je crois qu’en tout j’ai dû prendre 10 fois les transports en commun et j’ai également fait le trajet à pieds plusieurs fois (la plupart du temps pour cause de crevaisons ou de freins hors service).

Lyon est une ville à connaître à vélo, avec prudence, et en ne pensant pas trop aux pentes de la Croix-Rousse que je montais tous les matins sur les deux dernières années – avant je n’étais pas bien équipé et je finissais la moitié à pieds en poussant le vélo, ce qui n’est pas moins fatiguant d’ailleurs.

Il y aurait beaucoup à dire sur les rapports entre outils numériques et cyclisme. Le fait par exemple de devoir réparer soi-même – avec de l’aide parfois – son matériel, comme configurer ses outils numériques, son serveur, etc.

4 personnes avec des crayons et des feuilles blanches

Schéma représentant un tableau, des post-it et des carnets

En septembre 2014 a eu lieu Umix, “un hackathon sur l’architecture de l’information”. J’y ai rencontré Emeline, Konstantin et Areg, nous avons travaillé pendant plusieurs jours sur Annothèque. J’y ai surtout découvert d’autres méthodes de conception et de travail. Depuis, un de mes principaux outils de travail – pour communiquer en équipe, concevoir, échanger, synthétiser – est la feuille A3 accompangée de feutres (en plus des carnets, post-it, etc.).

Prototyper en un temps limité est une expérience passionnante, réussir à finaliser un produit est plus complexe et ne doit pas reposer que sur le mode du hackathon.

Une équipe

L’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation est composée de personnes incroyables. J’ai découvert beaucoup de profils différents, des expériences enrichissantes, des énergies fantastiques. Cette petite équipe d’experts dynamiques et (ultra) motivés que je vais quitter dans quelques jours va me manquer.

Sortir de sa zone de confort

Si mon départ de l’Arald est avant tout un choix de vie personnelle, c’est aussi dans l’objectif de sortir de ma zone de confort professionnelle. J’ai beaucoup appris et je pourrais continuer à apprendre, toutefois il me semble intéressant de tenter d’autres aventures, ailleurs et peut-être dans d’autres domaines.

Me remettre en cause, apprendre de nouvelles choses, faire de nouvelles rencontres, découvrir de nouveaux milieux, et tenter de porter des principes qui me semblent importants – décentralisation, interopérabilité, accessibilité et résilience.

Si vous lisez ces lignes et que nous avons travaillé ensemble au cours de ces huit dernières années, vous saurez comment rester en contact avec moi.

Si vous voulez en savoir plus sur mon profil ou si vous recherchez un chef de projet :

Découvrir mon profil complet